Créations, Poésie

Versification juvénile

Et sur nos âmes Tu as posé ta sagesse bienveillante
Pendant que le poison de l’envie décimait leurs cœurs
Tentant de détruire notre fierté ils bâtissaient notre grandeur
Ils ont fait de la haine une maîtresse languissante

Alors qu’à leurs yeux obscurcis leurs épées paraissent acier
Devant notre foi, elles n’étaient plus que poussière
Et croyant faire jaillir notre sang ils ont vu éclater la lumière
Perfides, « cette vérité n’est pas la nôtre » ont-ils blasphémé

Dans une coupe en or ils croyaient savourer nos larmes
Malheureux ! ils goûtaient là leur propre amertume
Sans savoir qu’ils nous offraient l’encre de nos plumes
Et renforçaient ainsi la plus puissante de nos armes

Pauvres fous, ne voient-ils pas, prisonniers de leur haine
Que leur chant de guerre se noie dans l’horizon lointain
Croyant nous combattre de leurs sombres desseins
Ils nourrissent sans relâche le mal qui les gangrène

Je Te rends mille grâces, notre force retrouvée
Détournera nos pas de leurs champs de bataille
Et nous grandirons forts d’un amour sans faille
Vers les hautes cimes de notre foi immaculée 

Leave a Reply

Your email address will not be published.