Chroniques, Livres

L’autre art contemporain – Benjamin Olivennes

Intriguée par cet essai dont j’ai assisté fortuitement à la présentation par son auteur chez @alicecapferret. Auteur à l’élocution captivante, Benjamin Olivennes dénonce l’art contemporain régi par l’investissement financier en premier lieu, tacle sans concession les institutions qui s’en font les premiers promoteurs et se fait un devoir de mettre en lumière « l’autre art contemporain », artistes qu’il juge sacrifiés sur l’autel de l’argent et des magmas financiers.

Sujet tabou, sujet délicat tant l’art est subjectif. Et forcément se pose par ricochet, mais dans des proportions moindres, la question de la littérature contemporaine.

Extrait page 12 : « Ces trésors du passé furent d’abord réalisés pour adorer un Dieu, ou pour servir un prince. Plus tard, ils furent collectionnés par d’autres princes, ou des bourgeois, mais pour le plaisir. Ils n’étaient pas vus comme un investissement, ils n’étaient pas exposés pour « valoriser la collection » ou pour « développer la marque », ils n’étaient pas revendus cinq ans après leur achat pour réaliser une plue value. Ils étaient gardés jalousement chez soi, pour la délectation personnelle, montrés à un petit cercle d’amis sûrs, plus tard donnés au Louvre ou au Metropolitan pour le bénéfice de la patrie. Ils n’étaient pas aimés parce qu’ils étaient chers, ils étaient chers parce qu’ils étaient aimés. »

Leave a Reply

Your email address will not be published.