Chroniques, Livres

555 – Hélène Gestern

Une mystérieuse partition qui apparaît et qui ébranle le milieu de la musique, et plus particulièrement 5 protagonistes. En quelques mots, voici le pitch de ce roman qui vient d’être auréolé du Grand Prix RTL-Lire (à juste titre).
Si vous décortiquez un peu plus, au-delà de cette enquête qui vous tient en haleine, au-delà de nous faire connaître le clavecin, Scarlatti et ses sonates, ce qui fait sortir ce roman du lot, c’est la délicatesse des mots choisis, la façon de « dire » la musique, de réussir à capter la grâce du son qui peut naître de la main et des fêlures de l’homme.
Voyez par vous-mêmes :
« Ils lui ont légué le capital de souffrance, la fêlure, le manque qui donne à tout artiste la force d’exercer son sacerdoce absurde et magnifique. »
« Cette sonate est un tourbillon émotionnel qui mélange l’exultation, l’apaisement, l’allégresse. La joie qui s’y exprime est pénétrée d’ombres; Dieu sait de quelles douleurs le compositeur a nourri l’or et la lumière qui font vibrer sa musique »

Seul bémol de mon humble point de vue, une fin moins grandiose qu’espéré vu la virtuosité de l’autrice.

Aux éditions Arléa

Leave a Reply

Your email address will not be published.